dimanche 9 janvier 2011

Paperolles et cumin: chronique d'un dimanche matin

Aujourd'hui à Paris c'était presque le printemps, et comme c'était un dimanche, c'était presque des vacances: l'occasion idéale pour aller aux puces de Vanves ! En me baladant sous le soleil, j'y ai vu quantité de choses passionnantes, dont des mini-reliquaires paperolles, des perruques de poupées en vrais cheveux, de mystérieux accessoires de cuisine, de la fourrure, et Catherine Deneuve. J'en ai rapporté de la dentelle bien sûr, de la chaîne au kilomètre, une mitaine crochetée, du ruban de soie à broder, du fil du "ver à soie", un large ruban de satin, une boucle de ceinture en nacre:


le butin du jour

Voici une photo de la mitaine portée (dommage qu'il n'y en ai qu'une...). Elle me fait penser aux mitaines des années 1810. Je porte aussi des bracelets que ma sœur Gabrielle m'a offerts pour Noël. C'est elle qui les a fait, et vous pouvez voir ses autres créations sur son blog.




J'ai enchaîné avec un suuuper brunch: carottes râpées aux raisins et au jus d'orange, yaourt au cumin, et muffins au jambon de Vendée et au gouda au cumin. C'était bon... Je vais peut-être me reconvertir dans la cuisine en fait.


3 commentaires:

mathilde a dit…

Je découvre ton blog suite à tes projets postés sur T&N, et je ne regrette pas, tu ne fais que de très jolies choses! J'adore notamment tes bibis... Tu fais des ventes régulièrement?...
(je ne suis jamais encore allée aux puces de vanves, peur que ce soit trop cher, mais tu me donnes envie!)

Ségolène a dit…

merci! Je viens d'aller faire un tour sur le tien, et ça m'a donné envie d'y retourner... Je ne fais pas de ventes très souvent (je fonctionne surtout sur commande pour les bibis) mais j'ai le projet d'en faire une avant l'été.
Et pour les puces de Vanves, franchement ça peut valoir le coup. Si un jour tu veux te joindre à mes expéditions dominicales, pas de souci!

mathilde a dit…

Avec très grand plaisir, Ségolène! Mon copain n'est pas très brocantes, et toute seule, j'ai du mal à me motiver car je ne connais pas assez Paris. A bientôt, donc!